Fabulation, imaginaire et réalité

 

Cela fait un petit moment que je n’ai pas posté sur le blog ! Et oui, entre le travail, les sorties et la fatigue s’accumulant je n’ai pas forcément beaucoup eu le temps d’arpenter les rues parisiennes à la recherche de nouveaux sujets passionnants jusqu’au moment où grâce à Instagram j’ai découvert Rébecca Fabulatrice ! Me voici alors avec un nouvel article pour bien commencer le mois de novembre !

Qu’est-ce qui m’intéresse autant que l’histoire et l’art ? La lingerie bien sûr ! Et plus globalement, tout ce qui touche de prêt ou de loin à la féminité et à l’expression de soi ! Alors quand Chantal Thomass, reine des dessous chics à la française, ouvre les portes de sa boutique située dans la célèbre rue Saint Honorée à Rébecca Fabulatrice, plasticienne utilisant des bretelles de soutien-gorge comme matériel pour créer ses œuvres… Forcément je suis tout de suite intéressée ! L’exposition s’intitule « Bretelles et attrape-corps »,  un sympathique jeu de mot pour annoncer ce que l’on va trouver à l’intérieur de la boutique…

Fabulatrice, Rebecca ? L’artiste transforme son imaginaire en une réalité plus que canon ! Un peu comme les artistes surréalistes pouvaient le faire à leur époque, je pense notamment à Magritte ou encore à Marcel Duchamp qui avaient pour habitude de détourner des objets du quotidien, Rebecca transforme ce matériel utilitaire qu’est la bretelle en tout autre objet. Ces bretelles deviennent des vêtements, des coiffes, des bijoux, ou encore carrément des parties du corps humains. Parfois elles deviennent même de simples objets comme des théières posées sur une tête en guise de coiffe, et ça aussi, c’est carrément surréaliste ! Tout objet peut être détourné de sa véritable fonction et se transformer en oeuvre d’art !

Et quelle bonne idée je trouve d’avoir choisi d’utiliser des bretelles de soutien-gorge pour créer ! Pour Rebecca, la bretelle est un pinceau qui donne libre court à son imagination et qui laisse exprimer une nouvelle réalité. Je n’imagine pas du tout combien de temps l’artiste doit mettre pour créer une oeuvre. C’est un travail délicat et précis de tissage qui forcément me fait penser au bondage mais aussi au fétichisme ! (Pratiques souvent pointées du doigts car mal jugées et pourtant très intellectuelles.) Il y a forcément quelque chose de très sensuel qui se dégage des œuvres. Les thèmes abordées tout d’abord, tout ce qui est « apparat », les bustes magnifiques, les escarpins, les gants, ces longues jambes tissés… Ces parties du corps très féminines mais aussi très sensuelles, tout droit sorties d’un burlesque show. Elles sont immortalisées comme momifiées ! Mais ce qu’il y a de « sensuel » aussi, c’est comme je le notifiais plus haut, la manière dont sont créées les œuvres : le tissage. Le sens du toucher est beaucoup plus exploité que si l’on parlait d’une peinture. Rebecca donne clairement vie à ses histoires imaginaires et je trouve que ce lien qui existe entre la « mise en oeuvre » et le résultat donné est assez intéressant en y réfléchissant ! Ça en fait pour moi des œuvres « complètes ».  J’ai un peu de mal à poser ma réflexion, mais j’espère que vous aurez compris ce que je veux dire ;).

Il y a aussi quelque chose de très « étrange » qui se dégage de ces œuvres d’art. La boutique se transforme en cabinet de curiosité et on se pose des questions ! Ces sculptures en tout cas ne laisse pas indifférent et amène une ambiance assez mystérieuse !  Personnellement, ça m’a fait pensé à plein de choses qui n’ont complètement rien à voir ! Comme je le disais plus haut, ça m’a remémoré certaines œuvres de Magritte ou encore de Marcel Duchamp par rapport au fait que ces artistes aussi créaient des œuvres en détournant des objets ! Mais ça m’a aussi fait penser Alice au Pays des Merveilles ou encore le film Le Labyrinthe de Pan à cause de toute cette ambiance un peu mystérieuse ou l’imaginaire et la réalité ne font qu’un !

En tout cas,  l’univers de Rébecca Fabulatrice s’accorde parfaitement avec celui de Chantal Thomass ! Les couleurs vont parfaitement bien ensemble et forme une unité. Avec du recul, je trouve ça plutôt cool que des boutiques comme celles-ci exposent des œuvres d’art. C’est assez sympa ! Vous pouvez d’ailleurs encore aller voir l’exposition puisqu’elle continue jusqu’au 13 novembre 😉 !

Et vous, vous en pensez quoi des œuvres de Rébecca ? Carrément bien pensées non ?! 🙂

3 commentaires sur « Fabulation, imaginaire et réalité »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s