Méduse : femme fatale victime de sa beauté

Depuis toujours, l’antiquité et particulièrement la mythologie grecque, est une source inépuisable d’inspiration pour les artistes. Ces histoires de dieux, de héros et de monstres créés des siècles et des siècles avant Jésus-Christ ne se sont jamais perdues. Elles étaient censées raconter l’origine du monde et étaient considérées comme des faits historiques lointains et avérés. Ces mythes expliquaient tout ce qu’il se passe sur cette terre : la nature, les étoiles, les comportements humains… Il est donc intéressant de s’arrêter sur une figure féminine de la mythologie grecque : Méduse. Que représentait-elle vraiment ?

Meduse, Pierre Paul Rubens, 1618Méduse, Rubens, 1618

En effet, la mythologie grecque était une religion faisant partie intégrante de la vie quotidienne aux environs de – 3000 ans avant Jésus-Christ. Les grecs ne s’appuyaient pas sur un livre comme c’est le cas pour les religions monothéistes (qui ne croit qu’en un seul dieu tout puissant). C’était une religion orale, où l’on se racontait les histoires passées qui expliquaient l’origine du monde, de la société, des villes, des guerres, etc… Leurs dieux étaient divisés en plusieurs catégories et chacun d’eux étaient tout puissant dans un domaine bien particulier comme c’était le cas par exemple pour Arès qui prédominait sur la Guerre ou encore Poséidon qui régnait sur les mers et les océans. Des fêtes étaient organisées très souvent pour rendre hommage aux dieux, il y avait des rites, des offrandes et même parfois des sacrifices. A l’inverse d’aujourd’hui, tout le monde croyait en ces dieux et c’est pour cela que la religion faisait donc partie intégrante de la société.

Ces mythes, que l’on se racontait de manières orales, ont subit comme vous pouvez vous en doutez plusieurs modifications au fur et à mesure du temps. Que ce soit une différente d’ascendance ou de lieu, certains mythes ont aujourd’hui plusieurs versions. Des poètes comme Homère, Euripide ou encore Ovide, ont tenté de mettre à l’écrit tous ces mythes que l’on se racontait. Forcément ils en ont construit une certaine image. Et ces images aussi ont évolué avec le temps !

Méduse, Le Caravage, 1595-1596Méduse, Le Caravage, 1595-1596

Prenons donc l’exemple de Méduse ! Au tout début, Méduse, simplement appelée La Gorgone (qui signifie « effrayant ») est considérée comme une divinité primordiale datant de bien avant la génération des Olympiens. On la décrit comme un monstre hybride avec des ailes et une tête de sanglier. Par la suite on l’humanise et on la dit victime d’une métamorphose.

En effet, Méduse était réputée pour sa grande beauté. Un jour, le dieu Poséidon lui fit des avances qu’elle refusa. Elle tenta de se réfugier dans le temple de la déesse de la Sagesse, Athéna, mais le dieu plus fort que tout la retrouva et la viola à l’intérieur même du lieu sacré. Dégoûtée par cela, la déesse vierge, prit cet acte comme un affront et plutôt que de punir son oncle, le dieu des océans, elle décide de punir la pauvre mortelle, Méduse. Elle transforme sa magnifique chevelure en lots de serpents ainsi que son regard. Désormais, quiconque osera poser les yeux sur Méduse se retrouvera changer en statue de pierre…

Une autre version existe concernant cette métamorphose. On dit que Méduse était très vaniteuse, très fière et consciente de sa beauté. Elle alla jusqu’à rivaliser avec les déesses en disant à n’importe qui qu’elle était bien plus belle qu’une divinité. Athéna décida donc de lui donner une leçon…

Ces deux versions sont tout de même très intéressantes. L’image des femmes dans la mythologie grecque mériterait vraiment d’être étudiée de plus prêt. Les femmes y sont vaniteuses, colériques, infidèles, monstrueuses… Concernant Méduse, c’est assez affolant que les grecques la punissent elle soit pour avoir été violée dans un lieu sacré soit pour avoir été consciente de sa beauté et de son pouvoir de séduction.

Meduse, Bernini, 1630-40Meduse, Bernini, 1630-40

Les représentations de Méduse à travers l’histoire des arts représentent très souvent Méduse sous son apparence de femme serpent. On la voit souvent au moment même où elle se fait décapiter par le héros mythique Persée, protégé par la déesse Athéna (encore elle !). La légende dit d’ailleurs que même après avoir été décapitée, la tête de Méduse continue de pétrifier. Persée l’utilisera à différente reprise. La déesse de la sagesse aidée par son frère Héphaïstos, le dieu forgeron, fixera la tête de la défunte gorgone sur l’égide du héros afin de susciter l’effroi et la peur. Cette tête devient un trophée pour lui. C’est exactement ce que représente Le Caravage ! Il représente la tête de Méduse au moment même où elle se fait décapitée. Du sang gicle du cou du monstre, son visage est effroyable. L’artiste réalise donc une espèce de bouclier faisant fortement référence au mythe.

A l’inverse, Bernini lui, la représente beaucoup plus humaine, moins monstrueuse malgré ses cheveux de serpents. Ses yeux sont déformés par la tristesse et les lamentations. On la sent plus victime que bourreau.

Persée, sous la protection d'Athéna, pétrifie Phineus grace à la tête de Méduse, Nattier, XVIIIPersée, sous la protection d’Athéna, pétrifie Phineus grace à la tête de Méduse, Nattier, XVIII

Les artistes représentent aussi très souvent Méduse comme l’arme qu’elle deviendra suite à sa mort. On la retrouve très souvent mise en scène dans des toiles avec Persée dirigé par la toute puissante Athéna. Elle devient chosifiée. Il n’y a donc pas de repos éternelle pour elle. D’ailleurs, dans la Grèce Antique, aucun culte ne lui ait jamais accordé.


La Méduse, Delville, 1893La Méduse, Delville, 1893

L’histoire de Méduse varie donc en fonction du point de vue qu’on lui donne. D’un côté, depuis l’antiquité, on lui donne une image très funeste, l’image d’un monstre à abattre mais en réalité, on peut dire qu’elle aura carrément été victime de sa beauté. Selon la première version de l’histoire, elle aura été transformée en monstre suite à un viol. C’est elle qui se fait agresser, et pourtant, c’est elle qui se fait punir ! Dans la seconde version, Athéna lui reproche sa prétention et sa vanité, le fait d’être une femme fatale qui attire tous les regards. Peut-être se sentait-elle en danger face à la beauté de cette mortelle… Et en même temps, Athéna ne souhaitait-elle pas punir les hommes à travers elle ? Punir leur luxure. En transformant Méduse, elle transforme de nombreux hommes en statue de pierre…

Etre transformée en monstre et tuée juste pour cela ? Juste parce qu’elle était consciente de sa beauté et qu’elle était sûre d’elle ? Condamnée à vivre seule et recluse… Je me demande quel message les grecs souhaitaient transmettre à travers ce mythe.

Dans tous les cas, me concernant, j’ai toujours eu un certain penchant pour ce personnage mythologique punit pour aucune raison valable. J’imagine qu’à cette époque et dans la réalité, une femme comme Méduse, sûre d’elle et de ses capacités devait aussi faire peur et devait sans doute être réprimée… Les grecs souhaitait-ils peut-être mettre en garde les jeunes filles.

Que pensez-vous de toute cette symbolique concernant le personnage de Méduse ? Je suis super curieuse d’avoir votre avis là dessus.

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures ! 

3 commentaires sur « Méduse : femme fatale victime de sa beauté »

  1. Article super intéressant, j’aime vraiment la manière dont tu abordes la figure de ce personnage. Les mythes grecques sont assez… sexistes et misogynes. Je m’étais penchée sur les guerrières dans la littérature, entre les déesses grecques qui se définissent par leur virginité en partie et les Amazons qui sont vues comme des femmes à soumettre par les grands héros, cela ne fait pas très envie d’être une femme à cette époque. En même temps entre le mariage qui reproduit l’enlèvement des Sabines et des femmes qui ne sont pas considérées comme des citoyennes, c’est pas très glorieux… Je ne me suis jamais penchée sur la figure de Méduse, donc j’étais vraiment contente de lire ton article !

    Aimé par 1 personne

    1. Whouaaaa merci pour ce gentil commentaire si intéressant !
      En effet, être une femme en ce temps ne devait pas DU TOUT être agréable ! Il en aura fallu des siècles et des siècles pour que nous puissions enfin avoir une place convenable (même s’il reste du travail ! 😜) dans la société !

      Personnellement j’ai toujours été fascinée par Meduse et je me suis penchée sur son cas que très récemment ! Je pense d’ailleurs faire une série justement sur les femmes de la mythologie grecque ! Comme tu l’as si bien dit, on leur donne soit le rôle de vierges effarouchées, d’amazones à assujettir ou encore de femmes bafouées, de meurtrières, de monstres…

      La Grèce antique étant clairement la base des sociétés « modernes », c’est vraiment intéressant de s’y pencher ! 😉

      À bientôt j’espère 🌹

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s