Marche et Démarche, une histoire de la chaussure, actuellement au Musée des Arts Décoratifs

Jusqu’au 22 Mars, le Musée des Arts Décoratifs propose une exposition dédiée à la chaussure. Accessoire de mode adoré par tous parfois même collectionné, il a de tout temps été un indispensable de la marche. Comment percevait-on la chaussure à travers les époques, le monde mais aussi les milieux sociaux ? Mais surtout, quelle a été son évolution ? C’est à travers plus de 500 œuvres comportant évidemment des paires de souliers mais aussi des peintures, films et affiches que l’exposition « Marche et Démarche, une histoire de la chaussure » tente de répondre à ces questions.

Chaussure de Marie-Antoinette, Marche et Démarche, une histoire de la chaussure, au Musée des Arts Décoratifs

L’idée de cette exposition est venue suite à l’analyse de cette chaussure qui appartenait à la dernière Reine de France, Marie-Antoinette portée en 1792. Quel étonnement lorsque les chercheurs se rendit compte de la taille de ce soulier. Mesurant 21cm de long et pas plus de 5cm de large comment est-ce que la Reine pouvait y glisser son pied ? Elle avait déjà 37 lorsqu’elle le chaussa. Comment une femme de son âge pouvait-elle donc marcher avec ? A partir de là, une étude a été faite et l’on s’est rendu compte qu’à cette époque, les femmes de l’aristocratie marchaient peu. Leurs chaussures n’étaient donc pas faites pour la marche. Étonnant non ? Elles n’étaient donc qu’un simple accessoire de mode. La Reine était d’ailleurs une addict des chaussures puisqu’elle en avait environ 500 paires.

C’est donc grâce au soulier de Marie-Antoinette que l’exposition « Marche et Démarche, une histoire de la chaussure » a pris vie au Musée des Arts Décoratifs.

Chaussures d'enfants, Musée des Arts DécoratifsChaussures d'enfants, Musée des Arts Décoratifs

L’exposition aborde plusieurs thèmes liés à la chaussure et s’intéresse autant à ce que portait les femmes, que les hommes, que les enfants. On peut admirer les petits souliers que portaient les enfants à travers différentes époques. On retrouve même un petit coffret rose offert à la naissance de Mary, la fille du roi d’Angleterre George V à la toute fin du XIXème siècle.

De plus, on se rend compte qu’au fur et à mesure du temps, les chaussures pour enfants enveloppent un peu mieux le pied pour éviter qu’elles ne glissent, on retrouve même des petites bottines et on remarque l’arrivée du lacet. Les formes aussi varient et ça, c’est une caractéristique que l’on va aussi retrouver chez les adultes.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussure au MuséMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au MuséMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musé

On remarque aussi une évolution en terme de matériaux utilisés. A certains moments de l’histoire et en fonction aussi des difficultés du moment, la chaussure est modifiée et adaptée. Comme je le disais plus haut, l’aristocratie au XVIII° siècle ne marchait pas beaucoup, c’est pour cela que leurs chaussures étaient très serrées et petites car avoir un petit pied était considéré comme esthétique. De même à la fin du XIX° siècle, la haute bourgeoisie aussi marche très peu et chausse des chaussures ultra serrées en cuir ou en étoffe sans doute peu confortables. A l’inverse, les paysans eux portent des sabots. La chaussure est donc un indicateur de de milieu social.

De même, on retrouve à travers l’histoire différentes formes de chaussures et formes de talons. Les hommes aussi portaient des talons pour mettre en valeur leurs jambes et avoir l’air plus grand et cela même avant les femmes. C’est elles qui décident de suivre la mode par la suite.

Chaussures pieds bandés de Chine, Musée des Arts Décoratifs

Objet de frivolité et de mode, la chaussure fut aussi un outil de torture et servait à garder le contrôle sur les femmes. Comme je le disais plus haut en occident par exemple, les femmes ne se déplaçaient pas à causse de leurs chaussures… Il était donc aisé de pouvoir garder un œil sur elle. De plus, plus le pied était petit, plus il était considéré comme esthétique voire sensuel. En Chine, on retrouve aussi ce culte du petit pied comme le montre ces petites chaussures datant du XIX° siècle. Appelé « pieds bandés », cette coutume naît au siècle. Pratiquée d’abord sur les petites filles de 5/6 ans de la haute société, elle s’étend peu à peu à l’ensemble du pays. La longueur du pied idéal était d’environ 7 cm… Je ne vous dis pas les dégâts que cela engendraient. Les pieds étaient totalement déformés, il était donc impossible pour elles de bouger ou de travailler.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussureMarche et Démarche, une histoire de la chaussureMarche et Démarche, une histoire de la chaussureMarche et Démarche, une histoire de la chaussureMarche et Démarche, une histoire de la chaussure

Quel plaisir de voir tous ces modèles de chaussures, tous ces styles et toutes ses époques se mêlant ensemble. On remarque les inspirations des modèles les plus récents comme ces chaussures à plateformes vertigineuses, clairement impraticables, qui s’inspirent fortement des chopines de la Renaissance. Ces chaussures étaient portées par les femmes pour éviter de salir ou de mouiller leur longues robes lorsqu’il pleuvait. C’est étonnant de voir que l’on essayait de trouver des solutions à des « problèmes techniques ». Hors de question de raccourcir les robes, augmentons plutôt les plateformes !

En voyant aussi tout ce panel de modèles, on remarque les couleurs et les motifs. La chaussure qui en premier lieu est censée protéger le pied se retrouve être un objet de décoration, d’ornement.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts Décoratifs

L’exposition « Marche et Démarche, une histoire de la chaussure » met aussi l’accent sur les métiers ayant découlé des chaussures comme par exemple celui de cordonnier. La création de la chaussure se fait de manière méticuleuse et nécessite de nombreux outils. Le cordonnier fait en sorte de rendre la marche moins douloureuse et de bien protéger le pied. Il tente aussi de créer des chaussures de meilleurs qualités afin d’éviter que les talons se cassent par exemple. Il réinvente sans cesse le port de la chaussure en innovant, on retrouve aujourd’hui par exemple des chaussures chauffantes ou encore qui laissent respirer le pied.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts Décoratifs

Concernant le clown, ses chaussures sont devenues emblématiques et reconnaissables entre milles. Celles-ci font partie intégrantes du costume et du personnage. Ce sont elles qui lui donnent sa démarche si étrange et qui le font souvent glisser ou tomber car beaucoup trop grandes pour lui. Tout cela dans le seul but de faire rire un public.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts Décoratifs

La danse et les danseuses aussi ont le droit à leur chaussure emblématique : la ballerine. A la fin du XVIII° siècle et au début du XIX° la chaussure de danse perd peu à peu son talon. La danse classique est en plein renouveau et une nouvelle technique voit le jour : la pointe. Les premières ballerines ne permettent pas de rester plus de quelques secondes sur la pointe des pieds. C’est au milieu du XX° siècle que la chaussure de ballerine comme on la connait voit donc le jour.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts Décoratifs

L’imaginaire et les légendes s’intéressent aussi à ce que l’on porte aux pieds et donnent des pouvoirs fabuleux aux chaussures. Celles-ci inspirent et font rêver. L’homme a toujours rêvé de voler ou encore de courir vite. Cela devient possible dans les histoires. Nous connaissons tous les souliers ailés du dieu Hermès ou les bottes de sept lieux du Petit Poucet. Et que dire de Cendrillon qui change radicalement de vie grâce à une paire de chaussure ?

img_0585img_0589img_0609img_0605img_0602img_0597img_0593img_0588

Quant au fétichisme, il prend aussi vie à travers des souliers importables, des chaussures aux talons vertigineux et souvent importables ou encore à travers des bottes à lacets qui attisent l’imaginaire. Ces bottes anciennes font d’ailleurs références aux maisons closes du XIX° siècles. A une époque, le talon haut n’était porté que par les prostituées. De plus à cette époque, il n’y avait rien de plus sensuel que le pied et la cheville. Les femmes portaient des robes très longues et apercevoir ne serait-ce que la cheville était très indécent. La chaussure avait donc un pouvoir érotique incontestable, ce qui est encore le cas aujourd’hui. Il y a quelque chose de très sensuel concernant notamment les chaussures à talons hauts.

Mention spéciale pour ces chaussures de ballerines réinventées par Christian Louboutin. Celles-ci ont été créés dans le cadre d’une collection spéciale « fétichisme ». Le créateur demanda à David Lynch d’immortaliser les danseuses du Crazy Horse avec. Ces chaussures sont clairement des objets d’art.

La mise en scène pour ces chaussures était vraiment intéressante car chaque paires ou chaussures étaient cachées dans des sortes de petites vitrines derrières des rideaux noirs qu’il fallait lever. Il y avait un petit effet de surprise à chaque fois et cela nous mettait un peu en position de voyeur.

Marche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts DécoratifsMarche et Démarche, une histoire de la chaussure au Musée des Arts Décoratifs

A la fin de l’exposition, on se rend compte que la chaussure ne sert plus simplement à marcher. Elle inspire de nombreux artistes dans leur création, dans leur art. Aujourd’hui, des paires sont créées par des artistes ou des designers de mode pas forcément pour être portées mais juste pour être admirées.

Le bilan est tout de même assez claire, la chaussure a connu une longue évolution et ne cesse de se réinventer. Tout d’abord elle servait à protéger le pied mais seules les personnes aisées en portaient tandis que les plus pauvres marchaient pieds nus. Plus tard, elle fut un marqueur de milieu social car l’aristocratie et la bourgeoisie portaient des chaussures à boucle, en étoffe ou encore en cuir tandis que les paysans marchaient avec des sabots ou des chaussures de très mauvaise qualité. La chaussure s’est ensuite répandue partout au point d’être industrialisée et à partir de là, on voit la naissance de modèles marchandés en plusieurs tailles différentes et donc accessibles à tous comme ça peut l’être pour les célèbres Converses ou Stan Smith.

La chaussure aura inspiré de tout temps, on lui a attribué des pouvoir magiques et que dire du pouvoir de séduction qu’elle exerce sur les esprits ?

L’exposition « Marche et Démarche, une histoire de la chaussure » est donc à aller voir absolument au Musée des Arts Décoratifs. Il y a tellement de choses à voir ! Il y a même de petits ateliers où vous pouvez essayer des chaussures et marcher avec comme les fameuses chopines de la Renaissance par exemple. Vous avez donc jusqu’au 22 Mars pour vous y rendre car forte de son succès, elle a été prolongée pour notre plus grand plaisir ! 😉

Quel lien entretenez-vous avez les chaussures ?

Personnellement, je les collectionne. Pour moi, elles en disent long sur la personne qui les porte.

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !

De plus, je me suis créée un UTIP donc si vous souhaitez soutenir mon travail juste en regardant une petite pub ça me fera plaisir ! ❤

6 commentaires sur « Marche et Démarche, une histoire de la chaussure, actuellement au Musée des Arts Décoratifs »

  1. Ton blog a changé de nom mais il est toujours aussi joli et intéressant ! Cette exposition est très sympa et toi qui adore les chaussures tu devais être comme un poisson dans l’eau. ^^
    J’aime beaucoup la sandale à talon avec le numéro 30, la paire d’escarpins noirs (celle avec Paris marqué dedans) et les escarpins dorés avec le talon épais de travers. Et enfin la paire vertigineuse de sandales à talons rouges que je trouve très drôle mais très jolie finalement, avec trente centimètres de moins ce serait parfait. ^^
    D’ailleurs j’aime beaucoup ta photo Instagram à l’envers avec les bottes à lacets, elles sont sublimes ! Les associer avec un joli collant noir donne un résultat vraiment classe et élégant. 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s