Le Portrait d’Oscar Wilde

Il est des artistes qui suscitent une telle affection de la part de nos contemporains que même des années et des années après leur mort, ils restent une source d’inspiration inébranlable. C’est le cas par exemple pour Oscar Wilde, personnage haut en couleur et artiste incontournable de l’époque Victorienne. Cet artiste si controversé et jeté en pâture de son vivant deviendra plus qu’adoré après sa mort. Qui était donc Oscar Wilde ?

Oscar Wilde

Oscar Wilde est un artiste dramaturge, poète et romancier né à Dublin en Irlande en 1854. Né au sein d’une famille bourgeoise, il bénéficie de la meilleur éducation qu’il puisse y avoir à cette époque. Son père est chirurgien et sa mère est poétesse. Sa relation avec sa mère est quelque peu étrange. En effet, celle-ci aurait adoré avoir une fille. Oscar est le second enfant d’une fratrie de trois. Après avoir donné naissance à son premier fils, celle-ci souhaitait absolument avoir une petite fille. Elle fut assez déçue de découvrir que cette petite fille tant espérée s’avérait être en réalité encore un petit garçon. Elle décida donc d’élever le petit Oscar comme une petite fille et cela jusque sept ans. Cela créera une sorte d’ambiguïté dans la personnalité de l’artiste. Il se retrouve un peu perdu entre le masculin et le féminin et gardera cette ambiguïté sans doute toute sa vie.

Oscar Wilde

Du côté scolaire, c’est un parcours sans faute pour le jeune Oscar. Après avoir fait « l’école à la maison » jusqu’à ses neuf ans et bénéficié des meilleurs tuteurs il part ensuite étudier dans les meilleurs collèges de Dublin où il obtient d’ailleurs une bourse royale, ce qui est une sorte de récompense pour les élèves assidus. C’est aussi pendant ses études qu’il se passionne pour le préraphaélisme, la Grèce Antique et par l’esthétisme. Il s’auto-proclame d’ailleurs comme étant un « esthète« . Ce mot grec signifiant « qui perçoit par les sens » place le « beau » au centre de tout. Oscar Wilde voue un culte à la beauté et toute sa vie se met alors à tourner autour de cette notion.

Oscar Wilde

Dans sa volonté de placer la notion du « beau » au centre de son monde, Oscar Wilde commence à s’intéresser au Dandysme. Ce mouvement de mode émerge en Angleterre au XVIII° siècle et prône l’élégance et le raffinement. Les dandys étaient parfois considérés comme des personnes excentriques de part les vêtements qu’ils pouvaient porter. Oscar Wilde est donc connu pour avoir été un dandy. Il adorait s’habiller et poser devant l’objectif. Ce plaisir se lit clairement sur son visage lorsque l’on voit ses portraits. Ces petites futilités le rendait vraiment heureux.

Oscar se fait donc très vite remarquer de part son allure, son style et ses cheveux longs. Evidemment, certains hommes prenaient cela pour de la provocation et il arriva plusieurs fois que l’artiste doivent se défendre avec les poings… Pour autant, il n’abandonna pas son envie de vivre dans un monde emplie de beauté, d’élégance et de raffinement.

Oscar Wilde

Lors de ses études à Londres, il rencontre tout le gratin du théâtre. Il profite d’ailleurs un peu de son cercle d’amis pour se mettre en avant même si son allure suffisait amplement à ce qu’il se fasse remarquer. Il obtient une petite notoriété grâce à des poèmes publiés dans de petites revues de la capitale. Des américains s’inspirèrent même de ses poèmes pour créer des personnages de pièces de théâtre. Oscar fut donc invité aux Etats-Unis pour parler de l’esthétisme anglais. J’imagine qu’il devait être un orateur assez spectaculaire et que la foule ne lui faisait pas peur. Il devait sans doute adorer être au centre de l’attention.

Oscar Wilde connait à partir de là un certain petit succès et rencontre de nombreuses personnalités de l’époque. Il séjourne quelques jours à Paris où il rencontre de nombreux peintres très en vogue comme Edgar Degas ou Henri de Toulouse-Lautrec ou encore des écrivains comme Victor Hugo, Verlaine ou encore Paul Bourget.

Constance Wilde, femme d'Oscar Wilde, et leur fils Cyril

Oscar Wilde, côtoyant les beaux cercles anglais et les milieux littéraires réservés qu’aux hommes rencontre de nombreuses personnes… Très vite, des rumeurs d’homosexualité viennent entacher son parcours jusque là sans faute. Je rappelle qu’à cette époque, la religion faisant partie intégrante de la société rendait l’homosexualité condamnable. Pour sauver sa peau et faire taire les rumeurs, il organise très rapidement un mariage avec Constance Lloyd, une femme bien née puisque son père était conseiller de la Reine Victoria. Ils eurent ensemble deux petits garçons.

Malgré le gout certain d’Oscar Wilde pour les hommes, on sait qu’il aimait réellement sa femme. Il la trouvait magnifique et surtout, très intelligente.

Oscar Wilde

En 1890, il publie le roman fantastique et philosophique qui aujourd’hui est sans doute le plus retenu de toute son oeuvre : Le Portrait de Dorian Gray. Ce roman déchaîne les foules lors de sa publication et les anglais le considère comme purement immoral et monstrueux. Wilde se défend en affirmant que l’art se doit d’être émanciper de toute morale. Son roman est pourtant très intéressant puisqu’il aborde tous les thèmes chers à l’artiste : la beauté, la jeunesse, l’art… Il y a aussi une forte réflexion sur l’artiste quel qu’il soit (peintre / sculpteur…) face à son modèle et les liens qui les lient à jamais. C’est d’une certaine manière, très poétique.

Ce qui est sûr, c’est que cette oeuvre ouvrira grandement le débat sur l’art pour l’art contre les idées morales de la société. Oscar Wilde publiera même un essai dans lequel il défendra son roman.

Oscar Wilde et son amant Alfred Douglas

Un an après, l’écrivain s’engouffre encore plus dans le scandale puisqu’il s’affiche ouvertement avec son amant le poète Alfred Douglas, de seize ans son cadet, dans les soirées mondaines. Cela arrive aux oreilles du père d’Alfred, le Marquis Queensberry. Ce dernier menace plusieurs fois Oscar Wilde et le somme de cesser sa relation avec son fils. L’écrivain n’aura que faire de ces menaces jusqu’à ce que le Marquis mette ses menaces à exécution en essayant de tuer sa réputation. Wilde se défend et intente un procès pour diffamation. Un combat acharné voit le jour. Oscar Wilde connu pour sa grande éloquence se défend comme jamais au tribunal jusqu’à ce qu’il se fasse piéger par l’avocat de Queensberry.

L’artiste est donc condamné en 1895 à deux ans de travaux forcés et tous ses biens sont confisqués. C’est une humiliation pour sa femme Constance qui se retrouve obligée de fuir le pays avec ses enfants pour se réfugier en Suisse.

Oscar Wilde et son amant Alfred Douglas

Oscar sort donc en 1897 de prison. C’est un tel soulagement pour lui. Malheureusement, il est devenu un paria en Angleterre. Il décide donc de partir vivre en France, à Paris. Ses écrits ne lui rapportant plus d’argent, il est aidé par quelques amis généreux. C’est une vie de débauche qu’il mène. Il passe sa vie entouré de prostitués tout en continuant sa relation à distance avec Alfred Douglas et cela jusqu’à sa mort. 

« Je meurs comme j’ai vécu, largement au-dessus de mes moyens » – Oscar Wilde

Il meurt seul en 1900 à seulement 46 ans. Sa mort reste d’ailleurs assez flou. Certains pensent qu’il est mort d’une méningite, d’autres de la syphilis… Il est aujourd’hui enterré au cimetière du Père Lachaise où un monument a été érigé en son nom.


Oscar Wilde fut donc un personnage haut en couleur qui aura jouit de tout ce que la vie lui aura apportée. Son empreinte dans l’art est tel qu’encore aujourd’hui, ses pièces de théâtre son jouées, ses personnages se retrouvent même dans des films ou encore dans des séries. Son univers raffiné et élégant inspirera aussi la mode et sa personnalité sera chérie de tous encore aujourd’hui. Il représente aujourd’hui un certain romantisme dans lequel beaucoup de gens se retrouvent.

Que pensez-vous d’Oscar Wilde et de son univers ? Personnellement, je le trouve très talentueux et sa personnalité haute en couleur, très théâtrale me plait beaucoup. Je n’en ai pas parlé ici, mais Oscar Wilde a écrit plusieurs pièces de théâtre a succès ! Sa vie entière était une mise en scène, un très grand théâtre. Il aimait s’accoutrer de toutes sortes de tissus même si en vieillissant il devint beaucoup plus sobre.

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !

Vous pouvez aussi retrouver de brèves histoires d’art sur ma chaîne Youtube

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s