Lewis Carroll, le mystérieux créateur d’Alice au Pays des Merveilles

Lewis Carroll est connu comme étant un écrivain emblématique de l’époque victorienne. De nombreux mystères irrésolus saupoudrés de scandale gravitent autour de lui. Je trouvais donc intéressant de revenir un peu sur la personnalité cachée derrière ce conte parodique qu’est Alice au pays des Merveilles. Qui était-donc cet écrivain adepte de jeux de mots et de non sens ?

Lewis Carroll, le créateur d'Alice au pays des Merveilles.

Charles Dodgson, de son vrai nom, naît au sein d’une famille très nombreuse en 1832 dans le Cheshire en Angleterre. Ils sont pour tout vous dire 11 enfants ! Et à l’époque, j’ai l’impression que c’était assez commun d’avoir autant d’enfants. Les Dodgson sont une famille très conservatrice. Le père est d’ailleurs prêtre dans l’Eglise Anglicane.

Le petit Charles est depuis toujours très doué par l’écriture. Il prend plaisir à écrire des petites revues pour l’église de son père. Il pense même un jour devenir prêtre lui même. Il vit une enfance assez paisible entourée de ses nombreuses sœurs. Depuis toujours d’ailleurs, il apprécie beaucoup plus la compagnie des filles et se sent plutôt mal à l’aise en présence de garçons. On sait aussi qu’il souffre d’une certaine « hésitation » comme on disait à l’époque. Il bégayait. Ce n’était pas vraiment un complexe pour lui, il le vivait assez bien surtout que plusieurs membres de sa famille bégayaient aussi. C’est devenu un peu plus compliqué lorsqu’il a du sortir de sa bulle familiale pour aller au pensionnat vers ses 12 ans. Il était parfois sujet à certaines moqueries en raison de cette fameuse hésitation. Les idées se bousculaient tellement rapidement dans sa tête qu’elles essayaient de sortir toutes en même temps de sa bouche.

Très jeune déjà, il aimait divertir sa famille, créer des jeux, jouer avec les mots et certains spécialistes pensent d’ailleurs que cet attrait pour la langue lui vient de son bégaiement. Cette difficulté sera sans doute la base de son talent mais aussi de son succès…

Lewis Carroll, le créateur d'Alice au pays des Merveilles.

Charles a toujours été quelqu’un de très timide et réservé. On ne lui connait que très peu d’amis même s’il se dit qu’il était intégré dans le cercle des artistes préraphaélites de l’époque. Nous n’avons pas l’ombre non plus d’une petite amie notable ou même d’un petit ami mais il me semble qu’il avait fait vœux de célibat ! On peut par contre trouver plusieurs informations concernant ses « petites filles amies »…

En effet, Charles Dodgson, en plus d’écrire des revues scientifiques ou encore des énigmes, était professeur de mathématique au Christ Church College à Oxford où il résidait. Il donnait d’ailleurs des cours au fils du doyen du collège. Ce doyen en question avait plusieurs enfants dont trois petites filles qui deviendront très amies avec Charles. Il les rencontre en 1856. Charles vient tout juste de s’acheter son premier appareil photo et veut aller le tester en photographiant la façade du Christ Church College. Là, ils y croisent trois fillettes qu’ils décident donc aussi de photographier.

Alice Liddell qui inspirera Lewis Carroll pour Alice au pays des Merveilles.

De manière assez étrange ces petites filles, Lorina, Edith et Alice Liddell, se lient d’amitié avec ce professeur. Ils se voient régulièrement et les trois sœurs adorent écouter les histoires de cet homme jamais à court d’imagination. Charles les photographie aussi régulièrement. Il devient un photographe assez connu d’ailleurs avec comme sujet de prédilection : les petites filles. Ce soit disant sujet de prédilection est en réalité une fixette très contemporaine. Ces photographies ne sont pas représentative de tout son travail. Il photographie aussi quelques amis et beaucoup de paysage.

Charles et ses jeunes amies ne cessent donc de se balader ensemble, de faire des virées en canot sur la Tamise le long d’Oxford. Il ramène toujours de quoi manger et est doué pour occuper les petites. Son bégaiement disparaît même totalement avec elles. Il peut être enfin lui-même. Un jour en 1862, sur cette fameuse Tamise, Alice s’ennuie et lui demande de lui raconter une histoire. C’est là que Charles commence à lui raconter à elle et ses sœurs l’histoire d’Alice, tombée dans le trou d’un lapin… La petite Alice adore cette histoire et suppliera Charles de poser son histoire sur papier. Il lui offrira donc un manuscrit calligraphié à Noël deux ans plus tard.

Cette même année, Madame Liddell interdit ses filles de revoir Charles Dodgson. On ne connaîtra d’ailleurs jamais la raison…

Lewis Carroll, le créateur d'Alice au pays des Merveilles.

En 1865, après avoir fait lire son histoire Les aventures d’Alice au pays des Merveilles aux enfants de son mentor, il décide de le faire publier toujours sous son pseudonyme : Lewis Carroll. Pour la petite anecdote, ce pseudonyme a été choisi par Edmund Yates, le rédacteur d’un magazine avec qui Dodgson collaborait en 1856. Ce nom de plume est une traduction en latin revisitée de son nom de naissance.

Les aventures d’Alice au pays des Merveilles est un succès immédiat. Lewis Carroll est considéré comme le pionnier de la lecture enfantine même si d’après moi cette oeuvre est vraiment accessible à tous. L’écrivain publie donc une sorte de conte parodique où l’on retrouve tous les codes féeriques comme des reines ou encore des animaux qui parlent. Mais l’artiste révolutionne en réalité le genre puisqu’il y intègre tout ce qu’il adore c’est-à-dire des jeux de mots, des devinettes, des chansons… De plus on y retrouve le non sens qui lui est si cher comme s’il souhaitait montrer que la normalité n’existait pas, qu’elle était illusoire. Cela faisait sans doute échos à sa propre vie. J’imagine qu’il devait être vivement critiqué pour passer autant de temps avec des enfants et si peu avec des adultes. Il avait une vie assez à contre courant des autres. C’est quelque chose qu’on retrouve énormément chez Lewis Carroll, il n’y a pas de logique dans son oeuvre, tout est inversé, il se passe sans cesse des choses auxquelles on ne penserait pas.

Lewis Carroll était donc un artiste très connu à l’époque. Il publia de nombreux ouvrages très variés avec toujours beaucoup de reconnaissance sur son travail d’écrivain. En revanche, ses photographies furent vivement critiquées à partir de 1880. Lewis Carroll avouera même peut-être être allé trop loin…

De nombreuses rumeurs subsistent le concernant. Certains disent qu’il aimait sans doute un peu trop les petites filles. Pourquoi du jour au lendemain, Madame Liddell interdit ses filles de le revoir ? Comme je le disais plus haut Charles Dodgson était passionné de photographie et était très connu pour ses portraits de petites filles. Parfois, il les photographiait nues avec l’accord des parents. Ce que je trouve assez fou ! On peut encore lire aujourd’hui des lettres où Charles remercie ces parents et dit que pour lui il n’y a rien de grave à montrer la nudité des enfants. Il remercie même un moment les parents Liddell pour leur avoir « prêté » Edith la jugeant très exquise… Mais à part cela, il n’y a pas de fait concret ! Je ne sais pas vraiment quoi penser de tout cela et je me méfie des tournures de phrases et des expressions de l’époque qui étaient bien différentes de celles d’aujourd’hui et qui à notre époque peuvent prendre un tout autre sens. Néanmoins, le doute persiste chez moi !

Il a détruit lui même la majorité de ses clichés. Il écrivait aussi très souvent dans ses journaux intimes et à sa mort en 1898, ses nièces en ont arrachées des pages… Pourquoi ? Qu’avait-il à caché ? Qu’avaient donc ses nièces à protéger ?

Alice Liddell qui inspirera Lewis Carroll pour Alice au pays des Merveilles.

Depuis toujours, la relation qu’entretenait Charles Dodgson avec ces petites filles et particulièrement avec Alice Liddell est sujette à de nombreuses questions. Mais qu’en pensait la première concernée ? Jusqu’à sa mort en 1934, Alice a niée les accusations concernant son ami écrivain et a nié leur supposée « relation » si on peut appeler cela comme ça. Elle a reçu un prix dédié au défunt écrivain dans les années 30 pour célébrer son centenaire et assiste même à la première projection du film d’animation Alice.

Tellement de questions en suspens et je pense que l’on ne saura jamais la vérité. Charles Dodgson, plus connu sous le nom de Lewis Carroll, était un homme très mystérieux tout comme son art et le restera même après sa mort. On ne saura jamais si les rumeurs à son sujet étaient vraies. Un photomontage en 2005 a d’ailleurs relancé cette affaire et est devenue virale. Vous pouvez d’ailleurs toujours la voir sur Google. On y voit un baiser échangé entre l’écrivain et la petite Alice. Même moi étant tombée dessus il y a quelques années j’y ai cru. Je viens juste d’apprendre qu’il s’agissait en réalité d’un photomontage. Même si ça m’a rassurée, je me pose tout de même toujours quelques questions…

J’aimerais ÉNORMÉMENT avoir votre retour sur cet article et particulièrement sur Lewis Carroll et tout ce qui se dit à son sujet. Était-il réellement coupable de tout ce qu’on lui reprochait ? Dites-moi tout !

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !


Rejoignez-moi sur Instagram et Facebook et Youtube ❤

5 commentaires sur « Lewis Carroll, le mystérieux créateur d’Alice au Pays des Merveilles »

  1. Je ne connais pas l’œuvre de L. Caroll. L’ambiguïté, les personnages à contre-courant me plaisent bien. Mais là, il semble qu’il y ait une zone d’ombre peu reluisante.
    C’est un peu comme le Caravage.
    C’est le moment de ressortir le marronnier fameux, peut-on ou doit-on ou faut-il séparer l’homme de l’artiste et de son œuvre ?!

    Aimé par 1 personne

    1. Oh oui le Caravage mon dieu…
      Concernant Lewis Carroll, on n’aura peut être jamais le fin mot de l’histoire ! Puis comme je le disais Alice Liddell a toujours niée et cela jusqu’à sa mort … après, j’ai pu lire à droite à gauche qu’il aurait pu avoir un comportement déplacé vis à vis d’Edith, la sœur d’Alice … mais encore une fois rien de concret ! J’ai regardé un documentaire où l’on entendait parler son arrière petite fille et celle-ci disait clairement que Carroll était amoureux de son arrière grand-mère mais qu’il ne se l’avouait pas à lui même …
      Ça le dérange un peu de parler d’amour dans ce cas là personnellement !

      Où est la vérité ? Personnellement, je l’ai toujours considéré comme ayant le symptôme de Peter Pan, toujours enfermé dans son imagination, fasciné par le monde enfantin ! Je me suis toujours dit que c’est pour cela qu’il était plus à l’aise avec les enfants et ensuite j’ai découvert ces fameuses accusations 😅

      En tout cas tu abordes là une sacrée problématique …

      J'aime

  2. Je viens de regarder le film Neverland et cet article fait écho au film. Cet auteur rejeté par la société, jugé, car trop proche du monde des enfants et qui finalement sera reconnu par le public avec la pièce de théatre Neverland. On y découvre le personnage de Peter Pan et toute sa petite troupe.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s