Scandale à la cathédrale, une sculpture controversée

Comme absolument tout dans ce monde, l’histoire des arts est aussi un domaine souvent confronté à de nombreuses controverses et celle dont je vais vous parler est vraiment assez drôle je trouve au point même qu’elle est souvent détournée sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous allons donc parler de deux sculptures datant du début du XIX° siècle. Il s’agit de « L’Ange du Mal » réalisé une première fois en 1842 par l’artiste belge Joseph Geefs puis une seconde fois en 1848 par son frère, Guillaume Geefs.

Avant de continuer, n’hésitez pas à me suivre sur Instagram (UneBreveHistoiredArt), à vous abonner à mon site et à liker l’article à la fin de votre lecture s’il vous a intéressé.

De plus, n’hésitez pas non plus à me suivre sur Youtube, je viens d’ailleurs de publier une nouvelle vidéo dédiée à Lewis Carroll

L’Ange du Mal, Joseph Geefs, 1842

A la fin des années 1830, Joseph Geefs (1808-1885) un sculpteur belge est approché par la cathédrale Saint-Paul de la ville de Liège. Assez libre dans sa création, on lui impose tout de même un thème qui est « le triomphe de la religion sur le génie du mal« . Commandée pour la chaire de la cathédrale, c’est à dire l’endroit où l’évêque principal est censé prêcher et faire ses sermons, cette sculpture est par conséquent très importante puisqu’elle fera face aux différentes personnes venant écouter les messes, commémorations ou autres évènements religieux. C’est donc en 1842 que la statue est installée dans la cathédrale et là c’est le scandale !

Le Génie du Mal, Joseph Geefs, 1842

Joseph Geefs, pour représenter le triomphe de la religion sur le mal décide de réaliser une sculpture en marbre de l’ange déchu, c’est-à-dire Lucifer, le diable lui-même ! Il l’a complètement humanisé. On peut même dire qu’il colle parfaitement aux canons de beauté. Il se trouve assis sur un rocher, complètement nu avec un simple drapée pour cacher son intimité. L’Ange déchu a une apparence assez jeune. S’il n’avait pas ses ailes de chauve-souris, il aurait été difficile de se dire qu’on parle ici du diable. Il est loin de l’image de démon qu’on lui attribue bien souvent. Il tient sa couronne avec sa main droite, elle est un peu cachée d’ailleurs, sans doute pour symboliser le fait qu’il était censé être le préféré de Dieu et qu’au final, il a été destitué. A ses pieds se trouve un serpent, symbole du mal mais aussi le symbole phallique ultime. Concernant son regard, celui-ci est baissé et il fronce légèrement les sourcils… Certains lui trouvent un côté assez féroce malgré sa position plutôt passive. 

Le Génie du Mal, Joseph Geefs, 1842

Cette sculpture a fait un énorme scandale ! Les évêques trouvait que Geefs avait donné une image beaucoup trop attirante du diable. Et d’après eux, l’Ange déchu perturbait les jeunes filles et les pervertirait… Rien que ça ! C’est donc un énorme tollé et la statue est retirée de la chaire. En même temps, je me mets un peu à la place de tous ces religieux… C’est vrai que cette statue met incroyablement Lucifer en valeur et le glorifie… Était-ce volontaire de la part de Joseph Geefs ? Parce que bon clairement, là… Je ne vois pas où se trouve le triomphe de la religion sur le génie du mal ! Personnellement, je la trouve sublime ! Gothique à souhait (au sens moderne du mot !), elle colle parfaitement au romantisme de cette époque qui tentait de réhabiliter Lucifer. 

Le Génie du Mal, Guillaume Geefs, 1848

Après avoir retiré l’Ange déchu de Joseph Geefs, la cathédrale Saint-Paul de la ville de Liège fait alors une nouvelle commande et cette fois-ci, c’est au frère du sculpteur, lui aussi artiste qu’il demande une nouvelle création. Guillaume Geefs réalise donc le Génie du Mal et en 1848 elle est installée au centre de la chaire. Guillaume s’est clairement inspirée de l’œuvre de son frère mais on retrouve quand même quelques différences.

Le Génie du Mal, Guillaume Geefs, 1848

Le Lucifer de Guillaume Geefs parait un peu plus âgé que celui de son frère Joseph, il fait moins juvénile on va dire. Des chaines ont été rajoutées pour montrer la victoire de la religion sur le mal. Son expression parait moins féroce et l’on peut remarquer une larme sur le côté gauche de son visage. Il est en train de sangloter, on peut l’imaginer prit de remords. Mais franchement, d’après moi, ce Lucifer là parait beaucoup plus sexy que le premier ! Il a une carrure plus musclé, il fait un peu plus homme et encore une fois il rentre complètement dans les canons de beauté ! Donc en gros, ils ont remplacé un Lucifer considéré comme beaucoup trop attirant et déstabilisant par un Lucifer encore plus attirant et déstabilisant… Je trouve ça tellement ironique !

Le Génie du Mal, Guillaume Geefs, 1848

Cette sculpture connaitra énormément de succès notamment chez les sataniques ! Oui oui ! Il en est clairement devenu un emblème ! C’était aussi une œuvre très appréciée du mouvement romantique du XIX° siècle et c’est vrai que cette œuvre colle parfaitement à ce courant. Le repli sur soi, la tristesse, l’expression des sentiments… Une œuvre aux allures mélancolique !

Que pensez-vous de ces deux œuvres et de cette controverse plutôt amusante ?


N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !


Rejoignez-moi sur Instagram et Facebook et Youtube ❤

3 commentaires sur « Scandale à la cathédrale, une sculpture controversée »

Répondre à Romain Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s