Retour sur « Fashion Forward, trois siècles de mode (1715-2016) » au Musée des Arts Décoratifs

En 2016, le Musée des Arts Décoratifs faisait honneur au musée des arts de la mode fondé en partie par Pierre Bergé lui-même 30 ans en arrière. Ce musée rattaché donc au Musée des Arts Décoratifs est une vraie richesse puisqu’il possède une large collection de vêtements et accessoires pour femmes, hommes et enfants. Je me suis dit qu’il pouvait être intéressant de partager cette exposition qui m’a vraiment marquée de par les sublimes pièces exposées et surtout, de par la scénographie. Dans leur exposition « Fashion Foward, trois siècles de mode (1715-2016)« , le musée ne s’est pas juste contenté d’exposer ses tenues, il les a fait revivre.

Robe à la française, vers 1760 / Veste de chasse, vers 1690

Malheureusement, l’exposition datant et ayant changé d’ordinateur entre temps, j’ai quelque peu perdu mes photographies prises durant ma visite ! Celles que je vous montre ici appartiennent donc au Musée des Arts Décoratifs. Je vous mettrais quand même quelques photographies postées sur mon Instagram à la fin pour vous montrer un peu à quoi pouvait ressembler la scénographie…

Le Musée des Arts Décoratifs possèdent plus de 150 000 pièces de mode accumulées en maintenant un peu plus d’un siècle ! Différentes expositions entièrement consacrées à la mode ont d’ailleurs vues le jour. Entre acquisitions et donations, le musée peut se vanter d’être l’un des plus riches du monde j’imagine. Sachez d’ailleurs que ce qu’il y a d’exposé dans le musée n’est que 20% de ce qu’il possède réellement et ça, c’est assez fou !

Robe à l’anglaise, vers 1780-1785 / Justaucorps et culotte, vers 1730-1740

« Fashion Forward, trois siècles de mode (1715-2016) » met en avant 300 pièces de manières chronologiques. Les spectateurs sont invités à faire un voyage à travers le temps entre soieries et étoffes. Comme, je le disais, le musée ne se contente pas de juste poser ses pièces sur des mannequins. Il les fait vivre à travers des décors d’époques, du papier peint, des boiseries ou des tapisseries. Les différents secteurs se mélangent et prennent vie ensemble.

Robe à la française, vers 1740 / Jacquette ayant appartenu à Cléo de Mérode, 1898-1900

On y aborde évidemment la mode en elle-même comme le savoir-faire et le détail. On se rend compte aussi qu’en fonction que le temps évolue, la mode évolue avec lui que ce soit donc au niveau du style mais aussi de la technique. Elle s’adapte en fonction de la vie qu’on mène donc forcément, en fonction du milieu social auquel on appartient. Une femme noble ne portera pas les mêmes vêtements qu’une paysanne comme on le sait. La mode est donc un marqueur social, une appartenance et étonnamment, cette caractéristique est restée même si elle aussi a évoluée. Aujourd’hui, notre style peut aussi dans certains cas définir notre appartenance à un groupe, je pense par exemple au mouvement Hippie ou Punk.

Dis-moi ce que tu portes, je te dirais qui tu es…

Robe du soir, Frederick Worth, vers 1885 / Robe, Callot Soeurs, vers 1909-1913

Le style évolue donc considérablement en fonction des siècles et petit à petit libère le corps car c’est ça aussi la mode, tout est une question de corps. Taille cintrée, gorge déployée, chevilles couvertes, mini, maxi… Toutes ces « modes » poussent réellement à la réflexion, questionne sur la notion du corps et plus particulièrement, sur la relation qu’entretenait ces époques passées à notre vaisseau de chair. L’exposition nous expose d’ailleurs une multitude de corsets et bustiers. C’est d’ailleurs très intéressant de voir cette taille ultra fine se libérer peu à peu en fonction des années puis des siècles pour au final ne plus être entièrement comprimée.

Robe du soir, Christian Dior, 1953 / Ensemble du soir, Balenciaga, 1961

A travers cette exposition, on se rend compte que la mode est un marqueur du temps et surtout, une preuve qu’il a bien existé. Certains nostalgiques s’en inspireront comme c’est le cas pour Christian Dior et ses tailles ultra cintrées. Il sera d’ailleurs parfois critiqué puisqu’à son époque dans les années 50 et 60, les femmes tentent de s’émanciper. Les vêtements sont donc des symboles très forts d’affirmation, de libération mais aussi parfois de soumission !

Il est aussi très intéressant de soulever que d’un pays à un autre, les modes changent. En regardant un seul vêtement on peut savoir sa provenance ou en tout cas son inspiration.

Ensemble, Miyake, 1980-1981 / Robe, Chalayan, 2000

L’exposition montre donc que la mode parfois considérée comme futile est en réalité devenue un art à part entière avec ses grandes dates. Le XIX° siècle voit la naissance de la toute première signature ou encore le pantalon pour femme comme on le connait aujourd’hui en 1930… La mode est clairement le reflet de l’époque dans laquelle nous vivons, elle change et évolue au même rythme que la société. Paradoxalement, elle est tout de même un éternel recommencement car il n’est pas rare de voir des pièces contemporaines s’inspirer ouvertement d’un style plus que révolu comme un ultime hommage. J’ai d’ailleurs énormément aimé cette salle blanche avec ces escaliers et toutes les créations contemporaines si colorées. Cette salle blanche symbolisait d’ailleurs clairement cette infinité de possibilité dans le monde de la mode. Je vous laisse donc ce que j’ai pu trouver sur mon Instagram en remontant le fil pour que vous puissiez un peu vous faire une idée sur la scénographie réalisée par Jérôme Kaplan :

Fashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifsFashion Forwards, trois siècles de mode, au musée des arts décoratifs

Vous voyez comme toutes ces pièces de différents créateurs communiquent entre elles ? C’est tellement révélateur je trouve. Cela symbolise leur évolution ensemble, leurs inspirations communes, comme si elles avaient les mêmes ancêtres un peu…

Se termine donc mon petit article consacré à l’exposition « Fashion Forward, trois siècles de mode (1715-2016)« . Le Musée des Arts Décoratifs comme je le dis souvent ne me déçoit jamais ! Ses choix de thèmes mais aussi sa scénographie me passionnent à chaque fois ! Si vous ne les avais pas déjà lu, je vous conseille donc d’aller jeter un coup d’œil à mon article sur la dernière exposition du musée consacrée au soulier et intitulée « Marche et Démarche« . Je vous renvoie aussi à leur exposition sur Christian Dior qui clairement niveau scénographie aura battu tous les records …

Que pensez-vous de ces pièces de mode historiques ?

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !


Rejoignez-moi sur Instagram et Facebook et Youtube ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s