Ilya Répine au Petit Palais : Peindre l’âme Russe

Jusqu’au 23 janvier 2022, le Petit Palais organise une exposition dédiée à Ilya Répine intitulée « Peindre l’âme russe ». Peu connu en France, cet artiste est pourtant une figure majeure du mouvement réaliste russe et un témoin majeur de la vie en société et des changements que rencontre à cette époque l’Empire Russe. En effet, la fin du XIX° et le début du XX° est marquée par différentes révolutions et une remise en cause du régime tsariste. Répine s’inscrit donc comme témoin de cette époque.

Avant de continuer, n’hésitez pas à me suivre sur Instagram (UneBreveHistoiredArt), sur Facebook,à vous abonner à mon site et à liker l’article à la fin de votre lecture s’il vous a intéressé.

Autoportrait, 1887

Autoportrait, 1887

Ilya Répine naît en 1844 à Tchougouiev dans l’Empire Russe. Aujourd’hui, on situerait cette ville en Ukraine. Très tôt, il se passionne par le dessin et cela grâce à l’un de ses cousins qui un jour rendit visite à la famille avec de l’aquarelle. Celle-ci fascinera complètement le jeune Répine. A 11 ans, ses parents, commerçant de chevaux, l’envoient dans une école de topographie ce qui est pour cette petite ville très prestigieux. Deux ans plus tard, il part étudier les icônes dans un atelier de peinture. Il se montre déjà très talentueux pour son âge et l’on parle beaucoup de ce jeune prodige. Et pour terminer son parcours sans faute, il part étudier aux Beaux-Arts de Saint-Petersbourg. C’est ici qu’il fera une rencontre majeure, celle du chef du groupe de file des Ambulants, Ivan Kramskoi. Les Ambulants sont un groupe d’artistes réalistes souhaitant représenter la vie, le quotidien, du peuple russe ainsi que leurs préoccupations. C’est quelque chose qui parle énormément à Répine et c’est donc en 1878 qu’il fait officiellement partie du groupe.

Les Haleurs de la Volga, 1873

Les Haleurs de la Volga, 1873

En 1873, Ilya Répine présente à l’exposition annuelle de l’Académie des Beaux-Arts ce très grand tableau représentant des haleurs. Cette œuvre est vraiment celle qui fera connaître l’artiste. Ici, Répine montre clairement ce qu’il compte faire à travers son œuvre : représenter le peuple russe. Un jour, lorsqu’il longeait la Neva, il avait été marqué par le contraste des gens se baladant tranquillement le long du fleuve face à ces haleurs qui travaillaient attachés avec des sangles et qui clairement souffraient. Plus tard, il vit la même scène se représenter mais cette fois-ci prêt de la Volga. Ce tableau est vraiment incroyable, c’est un assez grand format et le cadrage est vraiment intéressant puisque lorsque l’on se trouve en face, on a l’impression que la scène se passe sous nos yeux. C’est d’ailleurs une impression que l’on aura souvent en regardant les œuvres de Répine et cela montre clairement le souhait de l’artiste de montrer la réalité du peuple russe qui est à cette époque majoritairement paysan.

Répine obtiendra une bourse et ira étudier à Paris comme énormément d’artistes. Paris était vraiment un lieu de culture majeur qui attirait du beau monde. Il vivra un moment à Montmartre et apprendra énormément de choses. Par exemple il prendra l’habitude de sortir de son atelier pour peindre ou dessiner comme le font les impressionnistes. 

Youri, 1882 / Repos, 1882

En plus de ces très grands formats, Ilya Répine est surtout connu pour avoir été un portraitiste très prolifique. Ses sujets favoris étaient sa famille. Avec sa femme Vera, il eu deux filles et un garçon, la petite Vera, Nadia et Youri. Avec eux, il peut expérimenter et renouveler un peu le genre du portrait en Russie. Il joue avec les lumières, les couleurs, les poses, etc… Il aurait à son actif pas moins de 300 portraits. Fasciné par l’âme humaine, il tirera le portrait de nombreuses personnalités de son temps telles que des personnalités politiques, des écrivains comme Tolstoï dont il sera assez proche ou même des scientifiques. Pour dire à quel point il était connu et surtout, à quel point on lui faisait confiance. 

Sadko au Royaume sous-marin, 1876 / La Tsarevna Sofia, 1879

Ilya Répine réalise aussi quelques œuvres historiques. Le tableau relatant le mythe de Sadko est d’ailleurs le premier tableau de l’artiste que j’ai découvert. Je le trouve sublime et le voir en vrai… C’était magnifique. C’est assez drôle puisque clairement, il n’a rien à voir avec ce qu’a l’habitude de réaliser Répine. L’artiste est un passionné d’histoire et pour ces tableaux là, il n’hésite pas à se cultiver, à faire des recherches sur les anciens décors, les costumes que l’on pouvait porter à l’époque. Certains tableaux d’histoire ont aussi suscité quelques controverses puisque le régime tsariste commence à être de plus en plus contesté. Certaines œuvres sont même vandalisées comme celle représentant Ivan le Terrible et son fils.

Délégation de voix avant Alexandre III, 1885

Délégation de voix avant Alexandre III, 1885

Même s’il tient absolument à représenter la réalité du peuple russe qui comme je le disais est majoritairement paysan, Ilya Répine réalise aussi plusieurs tableaux commandés par la famille impériale russe. J’imagine qu’étant témoins des uns et des autres, il réalise amplement la fracture qu’il existe entre ces deux camps qui commencent à s’imposer de manière assez violente. Le Tsar Alexandre II est assassiné en 1881, on note aussi plusieurs attentats anarchistes, bref, la vie politique ne va pas bien du tout et une incompréhension totale existe entre la famille impériale et le peuple. La couronne est plus que menacée… 

Portrait de Nicolas II, 1896

Portrait de Nicolas II, 1896

L’artiste réalise à cette période de nombreux portraits d’hommes politiques visant à installer fortement le pouvoir impériale. Ce qu’il se passe dans le monde politique inspirera énormément l’artiste, que ce soit les révoltes ou les manifestions du peuple pour un régime démocratique, il immortalisera tout cela. Répine fera d’ailleurs face à de nombreuses critiques et de nombreux jugements. D’un côté, il montre dans certaines de ses oeuvres les inégalités et la pauvreté et de l’autre, il montre la puissance et la richesse de la couronne… Dans quel camp est-il réellement ?

Concernant la couronne, il réalisera ce portrait de Nicolas II en 1896 qui sera par la suite énormément interprété. Beaucoup voit en ce tableau un présage funeste. En effet, nous voyons le Tsar Nicolas II en tenue militaire debout dans la salle du trône du Palais d’hiver. Derrière lui, on peut voir un rayon de soleil rentrer dans la pièce mais celui-ci n’illumine pas le trône… Quand on connaît le destin tragique de Nicolas II et de sa famille… 


A la fin de sa carrière, Ilya Répine est professeur aux Beaux-Arts de Saint-Petersbourg. Il détient une assez belle fortune grâce à tous ces tableaux mais malgré ses nombreux succès il commence à douter… Il décide alors de partir vivre en Finlande, annexée par la Russie impériale, avec sa nouvelle compagne en 1899. Il reçoit chez lui que très peu de personne, juste un cercle bien restreint et à l’inverse, ils se lie d’amitié avec les finnois et expose même à Helsinki. Lorsque la première guerre mondiale éclate, la Finlande proclame son indépendance en 1917 et Répine devient malgré lui un exilé. Il continue tout de même à s’intéresser au sort de la Russie et à réaliser des œuvres en lien avec ce qu’il s’y passe. L’artiste meurt en 1930 à l’âge de 86 ans. 

Connaissiez-vous Ilya Répine ?


N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !


Rejoignez-moi sur Instagram et Facebook ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s