Les métamorphoses de Cindy Sherman

Dans un monde aujourd’hui obnubilé par l’image et les apparences, la photographe américaine Cindy Sherman, décide depuis les années 70 d’aller à l’encontre des dictats imposés par la société à travers un art conceptuel. Cette artiste multi-facette se met donc en scène devant son propre objectif et se métamorphose sous nos yeux. Qui est donc cette photographe caméléon ?

Cindy Sherman

Cindy Sherman naît dans le New Jersey aux États-Unis en 1954. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle s’est toujours sentie différentes des gens qui l’entouraient et en décalage complet du monde où elle évoluait. Cette différence se fait d’abord ressentir au sein de sa propre famille. Elle est la petite dernière d’une fratrie de cinq enfants et arrivée beaucoup plus tard que ses frères et sœurs, plus précisément 9 ans après le quatrième enfant, elle se sent un peu mise de coté. Un peu plus tard, Sherman vit sa toute jeune adolescence dans les années 60 où elle a peut prendre conscience et témoigner sans doute des différences faites entre les femmes et les hommes. A cette époque déjà, une grosse importance est donnée à l’apparence et plus tard, l’artiste avouera avoir été complètement obsédée par son physique comme la plupart des jeunes filles et des femmes et cela encore même aujourd’hui…

Cindy Sherman
Cindy Sherman
Cindy Sherman

En 1977, elle part à New-York pour y étudier dans un premier temps la peinture. Très vite, elle découvre la photographie grâce à son petit copain de l’époque. C’est un peu une vraie révélation pour elle j’imagine dans le sens où elle arrive plus facilement à y exprimer ses idées. L’art de la photographie est pourtant le grand délaissé et le moins pris au sérieux que ce soit par les artistes eux-mêmes que par les autres. Il est d’ailleurs celui pour qui les acheteurs déboursent le moins d’argent. Il est donc considéré comme avoir moins de valeurs. Sherman va pourtant faire partie des artistes redorant le blason de cet art à part entière !

Les photographies de Sherman paraissent aux premiers coups d’œil peut-être assez simple mais il n’en est rien. Tout d’abord, elle est son seul et unique modèle. Tout au long de sa carrière, elle se métamorphosera devant l’objectif, sans l’aide de personne. L’artiste joue avec son identité et en réalité, on ne sait pas qui elle est vraiment ni à quoi elle ressemble ce qui forcément crée un peu de mystère et attire encore plus. Faisant partie du mouvement conceptuel, elle privilégie les idées avant l’esthétisme. Elle se fiche de réaliser de belles photos, ce qu’elle souhaite mettre en avant ce sont ses pensées.

Cindy Sherman est une femme anticipée de toutes contraintes et des injonctions que la société lui impose. Elle fait clairement partie des premières féministes. Travaillant par séries de photos, elle dénonce par exemple à la fin des années 70 toute la charge mentale dont sont victimes les femmes. On la voit par exemple dans la cuisine avec les courses, faire la vaisselle ou encore, se peser et se regarder dans le miroir, se juger… Cela fait d’ailleurs échos à son adolescence et à son obsession pour son allure.  Sherman pointe donc du doigt toutes ces choses qu’elle ne comprend pas et qui ont sans doute atteint à un moment donné son mental.

Cindy Sherman
Cindy Sherman
Cindy Sherman

Les photographies de Cindy Sherman sont aussi très influencées par le cinéma. Beaucoup de cadrages sont clairement cinématographiques. Par là, elle souhaitait peut-être montrer que tous ces stéréotypes imposés par la société étaient tellement ancrés qu’on les voyait partout que ce soit au cinéma ou dans la publicité. Il est donc impossible d’y échapper. L’être humain est par conséquent formaté dès son plus jeune âge. L’artiste, elle, s’est questionnée très tôt concernant sa place dans la société et décide donc de réaliser de véritables satires photographiques. 

L’artiste se met donc en scène dans ses propres photos de manière presque théâtrale. Blonde, brune, rousse, jeune, moins jeune, parfois enceinte… Elle se métamorphose. Il lui arrive même plus rarement de se métamorphoser en homme. Cindy Sherman brise les codes et les limites imposées. C’est donc une véritable réflexion qui est faite sur la question de l’identité. Qui suis-je ? Suis réellement « moi » ou suis-je juste une illusion, quelque chose de façonner par mon environnement ? 

La photographe pousse très souvent ses autoportraits à l’extrême et tourne vraiment en dérision ses personnages, voire même au ridicule justement pour montrer le ridicule de certaines situations. Artiste multi-facettes, elle gère vraiment tout que ce soit le stylisme, les coiffures, le maquillage, la lumière… Elle travaille aussi tout le temps en série, cela lui sert certainement à creuser davantage dans ses réflexions. Ses autoportraits n’ont pas de titre, ils sont juste numérotés. Les spectateurs peuvent donc donner libre cour à leurs interprétations.

Très vite reconnu dans son travail, Sherman attire les marques et les magazines. Balenciaga par exemple lui propose en 2007 de poser dans ses vêtements pour le grand magazine VOGUE. C’est assez dingue quand on y pense. La photographe accepte évidemment et n’hésite pas, encore une fois, à tourner en dérision toute cette culture de l’image. Elle se moque en plus de cela ouvertement du monde de la mode.

Quand la plupart tente de se mettre en valeur, Sherman préfère se mettre en scène de manière peu flatteuse. Ça en dit quand même long sur elle car même dans les pages de VOGUE, le graal de la mode, elle ne retourne pas sa veste et continue sur sa lancée. Le but pour elle est de propager ses idées. 

Cindy Sherman
Cindy Sherman

Les photographies de l’artiste ont tout de même bien évolué depuis les années 70 même si évidemment, elles gardent la même essence. Le digital émergent, Cindy Sherman a suivi le mouvement. Les logiciels photos lui offrent de nouvelles possibilités. Elles n’hésitent pas à se créer des décors, des effets ou bien même à se multiplier pour créer de nouvelles mises en scène.

Cindy Sherman

Depuis plus de 40 ans, Cindy Sherman partage donc ses séries d’autoportraits dans lesquelles elle diffuse ses différentes pensées que ce soit sur la société, les stéréotypes de genre et son identité. Se moquant bien de son apparence, elle n’hésite pas à se grimer, à se métamorphoser au point de tromper ses spectateurs. Encore aujourd’hui, à une époque où tout le monde souhaite se montrer sous son meilleure jour, l’artiste elle n’hésite pas à se déformer parfois à l’extrême. Sherman a littéralement révolutionné le monde de sa photo, elle fait partie des artistes photographes majeures de son temps et ses œuvres font aujourd’hui partie des plus chères. Fidèle à elle-même et à ses idées, elle dénonçait déjà à l’époque ce que l’on dénonce encore aujourd’hui. Elle a sans doute ouvert les esprits de nombreuses personnes…

Que pensez-vous de Cindy Sherman ?


N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures !


Rejoignez-moi sur Instagram et Facebook et Youtube

2 commentaires sur « Les métamorphoses de Cindy Sherman »

  1. L’exposition à la fondation LV me l’a fait découvrir sous de nombreuses facettes. Étrange, souvent dérangeante, mais émouvante dans cette quête acharnée pour dénoncer le culte de l’image . En tout cas, ne me laisse pas indifférente !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s