JK Rowling, la success-story

Après avoir parlé de nombreuses femmes ici comme Dalida, la Marquise de Pompadour ou encore plus récemment Marilyn Monroe et Jackie Kennedy, je souhaitais aujourd’hui parler d’une femme complètement différente. Loin de ces icônes de glamour incontestées ayant fortement marquées l’histoire, j’ai envie de parler de la romancière Joanne Rowling, la maman de Harry Potter ! Cela va d’ailleurs peut-être paraître étrange que je parle d’elle ici car comme je le disais, on est vraiment loin de l’image glamour et sensuelle des femmes que j’ai pu souvent abordé ici. En réalité, c’est mon voyage en Ecosse qui m’a vraiment donné envie de parler de cette écrivaine car il y en a des choses intéressante à dire.

JK Rowling

Joanne Rowling est née le 31 juillet 1965 à Yate en Angleterre au sein d’une famille modeste. Depuis toujours, Joanne écrit. Dès ses 6 ans, elle sait qu’elle veut devenir écrivain. Tout au long de son enfant Joanne rencontrera des personnes, découvrira des lieux qui l’inspireront pour écrire le chef d’oeuvre qui la fera connaitre : Harry Potter. Mais ça, elle ne le sait pas encore.

Rowling a toujours été très bonne élève ! Très tôt et d’elle même, elle découvre des écrivains tels Shakespeare qui encore une fois l’inspireront bien plus tard. Elle se passionne aussi pour les langues étrangères. En grandissant, elle ne perd jamais de vue son rêve de devenir un jour écrivain. Elle écrit toujours dans son coin et se plait à raconter des histoires à ses amis. Elle passe son baccalauréat haut la main et tente d’aller à l’université de Oxford. Malgré son très bon dossier, elle est recalée en raison de la mauvaise réputation de son école et le fait qu’elle ait été dans le publique, ce qui est quand même sacrément injuste ! Elle se retrouve donc à étudier le français et la littérature (sans grande surprise) à Exter. Elle se retrouve une année en 1985 à Paris à la Sorbonne.

Après son diplôme, elle a travaillé un certain temps comme secrétaire bilingue à Amnesty Internationnal ou encore à la chambre de commerce de Manchester. C’est d’ailleurs lors d’un voyage en train de Manchester vers Londres qu’elle s’imagine la vie d’un jeune orphelin recevant une lettre pour aller dans une école de sorcier. Elle imagine déjà un château en Ecosse faisant office d’école, les fantômes le hantant, et le personnage de Ron Weasley fortement inspiré par son ami Sean Harris. Arrivée à Londres à la gare de King’s Cross, elle note toutes ses idées qu’elle range dans une boite à chaussure. C’est le début de sa folle aventure…

Arthur Seat (2)

Lorsque J.K Rowling commence tout juste à écrire Harry Potter en 1990, sa mère Anne, décède suite à une maladie qu’elle avait depuis des années. C’est un réel choc pour Joanne qui se sent littéralement orpheline… Elle décide donc dans son écriture, de porter un soin très particulier aux sentiments de son personnage principal, Harry, qui lui même est orphelin. Dans son oeuvre, Joanne s’est donnée à 100% ! Toute sa personnalité est cachée à l’intérieur, je pense que son premier roman lui a vraiment servit de thérapie pour de nombreuses choses. Elle y a exorciser de nombreux démons.

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, la jeune femme se fait licencier de la chambre de commerce de Manchester. Elle déménage au Portugal pour devenir prof d’anglais et y rencontre son mari, un journaliste de télévision. Ils se marient en 1992, ont un enfant en 1993, mais très vite leur relation se dégrade, son mari étant violent…

Rowling décide de revenir au Royaume-Uni et plus précisément chez sa sœur et son beau-frère à Édimbourg en Ecosse ou elle est hébergée avec son bébé. Elle trouve vite un appartement mais étant complètement fauchée, elle vit grâce aux aides de l’Etat. C’est une réelle décente aux enfers. Elle dira elle même que sa pire crainte à cette époque là était de voir son bébé mourir. Elle sombre très vite dans la dépression.

Elephant House, birthplace of Harry Potter

Malgré son état d’esprit déclinant, JK Rowling ne perd toujours pas son envie de devenir écrivain, elle tente de se reprendre en main en prenant un emploi de professeur. Elle travaille jour et nuit puisqu’elle doit concilier son travail alimentaire et son travail d’artiste, l’écriture. The Elephant House était d’ailleurs l’un des endroits préférés où Joanne venait écrire son premier tome. Pour être allée déjeuner à l’intérieur, je peux vous dire que l’endroit est fou puisque des références à Harry Potter et à son écrivaine se trouvent partout ! Il y a des photos de Rowling en train d’écrire qui y sont exposées et si vous allez aux toilettes, vous aurez de la lecture ! En effet, c’est un lieu de visite obligatoire pour tous les Potterheards (les inconditionnels de Harry Potter). Ils ont retapissé entièrement les toilettes de tags, de dessins, de citation de livre, de déclaration d’amour à des personnages… Bref c’est à voir si jamais vous passez à Edimbourg et que vous appréciez l’oeuvre de JK Rowling.

J.K Rowling met en tout 5 ans à boucler Harry Potter à l’école des Sorciers. Un autre combat se présente à elle maintenant : présenter son oeuvre et le faire éditer. Elle cherche d’abord un agent. Le premier la recale mais le second sera le bon ! 12 maisons d’éditions refuseront de l’éditer… J’imagine pas à quel point ça devait être démotivant. Mais Rowling a tellement donné d’elle même pour son roman qui est sans doute une oeuvre très très personnelle… Elle ne lâche rien ! Harry Potter à l’école des sorciers sera enfin publié, deux ans après avoir terminé l’écriture par Bloomsburry Publishing.

Pour la petite anecdote, à l’époque, on a demandé à Joanne d’utiliser un pseudonyme pour signer son roman car pour son agent, les petits garçons n’iraient sans doute pas lire une oeuvre écrite pas une femme… MON DIEU ! L’écrivaine refuse le pseudonyme, mais mettra ses initiales et utilisera le K comme hommage à sa grand-mère.

Son livre est très vite un succès et il sera vite adapté dans d’autres langues ! Et quelle surprise aussi puisque ce roman, considéré comme un livre pour enfant, intéressera en réalité petits et grands… 😉

Tout s’enchaîne très vite, JK Rowling quitte son emploi de professeur pour devenir écrivain à plein temps et se concentrer sur son deuxième tome : Harry Potter et la chambre des secrets. Elle déménage dans un coin plus sûr avec sa fille et en 1999, après des années de galère où parfois elle pensa même au suicide, Joanne Rowling devient MILLIONNAIRE ! Si c’est pas une sacrée success-story ça !

Ses œuvres sont ensuite adaptée au cinéma même si pendant très longtemps elle refusa. Elle a écrit de nombreux livres par la suite et même une pièce de théâtre. Elle est aujourd’hui scénariste pour les films Les Animaux Fantastiques et tient un site internet Pottermore où elle publie régulièrement des petits écrits, des explications ou analyses en lien avec son monde magique qui fascine tant les lecteurs. La seule chose qu’elle dit regretter sur tout ça, c’est le tournant commercial que son oeuvre a prit. Car qu’on se le dise, les studios warner se font énormément d’argent avec tous les objets, peluches, mugs, vêtements et autres en rapport avec l’univers de Harry Potter !

Marque des mains de JK Rowling au Parlement à Edimbourg

En tout cas, si comme moi, vous adorez le travail de JK Rowling, vous DEVEZ aller à Édimbourg. La ville est imprégnée de toute la magie décrite dans ses livres puisque l’écrivaine s’est fortement inspirée de cette ville !

Tout d’abord, comme rendant hommage à l’Ecosse, le pays qui l’a accueilli lorsqu’elle est rentrée du Portugal, elle décide de situer ici son école de sorciers. De même pour le chemin de Traverse (il n’y a que les lecteurs de Harry Potter qui vont me comprendre :p ), Victoria Street aura été un modèle ! Je ne vous dis pas d’ailleurs tous les petits magasins que l’on peut trouver en référence à la saga… Une tonne !

Je ne vous parle même pas du cimetière Greyfriars non loin du café The Elephant House ou Rowling allait écrire. A l’époque, l’écrivain allait souvent s’y balader et y a piqué énormément de noms pour ses personnages : McGonaghall, Sirius Black, Ariana Dumbledore ou encore Tom Riddell (Tom Jedusor pour les francophones)… Ce cimetière voit d’ailleurs passer tous les jours des touristes fans des livres de JK Rowling. La tombe de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom se trouvant tout au fond du cimetière est d’ailleurs l’une des préférées…


Au début de mon article, je faisais comprendre que JK Rowling était en réalité à l’opposé des femmes déjà abordées sur ce site, mais en réalité, je me dit que comme toutes ces femmes inspirantes, elle s’est battue sans relâche pour quelque chose en quoi elle croyait éperdument et cela malgré toutes les tragédies qui se sont jouées dans sa vie ! Beaucoup aurait baissé les bras, comme je l’ai dit, elle a plusieurs fois pensé au suicide à cause de sa dépression… Cette dépression lui a d’ailleurs inspiré les célèbres « détraqueurs ». C’est bien la preuve que tous les événements tragiques de notre vie peuvent être utilisés et transformés en quelque chose de positif et ça, je trouve que c’est une belle leçon de vie. Je n’ai pas vraiment parler de l’oeuvre Harry Potter en détail, mais pour la faire courte, même dans son oeuvre, Rowling tente d’inculquer de bonnes valeurs telles que l’amitié, l’amour ou encore la tolérance. Ces livres sont vraiment à lire et personnellement, je trouve que c’est la saison idéale pour les commencer ou les recommencer ! 😉

Que pensez-vous de JK Rowling ? Etes-vous comme moi des fans inconditionnels de son univers ?

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article, à vous abonner au site et à me suivre sur Instagram pour ne rien rater de mes aventures ! 

3 commentaires sur « JK Rowling, la success-story »

  1. Le personnage peu connu de Merope Gaunt prend aussi une sacrée dimension quand on voit ce que JK Rowling a vécu !
    Pourquoi des petits garçons n’auraient pas envie de lire un livre écrit par une femme, ou des petites filles de lire un livre écrit par un homme ? N’est-ce pas plutôt cet agent qui avait des préjugés ?
    Je suis très fan de l’univers Harry Potter et je connais par cœur les sept livres, en revanche je n’ai toujours pas lu ni vu Les animaux fantastiques. ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui quelle anecdote étrange ! Quand on voit à quel point JK Rowling et ses livres sont réputés aujourd’hui…
      De même j’adore cet univers et je te conseille vivement de jeter un coup d’œil aux Animaux Fantastiques, les acteurs sont géniaux.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s