William Turner, le peintre de la lumière

William Turner est une figure majeure de la peinture anglaise de la fin du XVIII° siècle et du début du XIX°. Se rattachant au mouvement romantique de l’époque, il est aussi considéré comme étant le précurseur de l’impressionnisme. Sa notoriété lui vient particulièrement de ses paysages marins et de la lumière y émanant. Qui était donc celui que l’on surnommait le peintre de la lumière ?

Autoportrait, William Turner, 1799

Autoportrait, William Turner, 1799

William Turner est un artiste britannique né à Londres en 1775 et mort en 1851. Sa date de naissance exacte est en réalité un mystère puisqu’il ne l’a jamais réellement donnée pour je ne sais quelle raison à vrai dire… On sait en tout cas qu’il grandit dans une famille plutôt modeste. Son père est barbier et coiffeur et sa mère est issue d’une famille de boucher. Cette dernière connaîtra plusieurs troubles suite au décès de sa fille, la petite sœur de William. Ce décès la détraquera complètement et elle perdra la raison petit à petit au point de ne plus pouvoir s’occuper de son fils. Elle sera internée en psychiatrie et y décédera en 1804.

En raison de la perte de sa sœur et de l’internement de sa mère, William ira vivre avec ses oncles à l’âge de dix ans sur les rives de la Tamise, à l’Ouest de Londres, pas très loin de son père donc dont il restera toujours très proche. C’est sûrement à ce moment que sa passion pour le dessin s’éveille. Il passe le plus clair de son temps à observer les bateaux sur la Tamise et côtoie régulièrement les artistes du quartier qui je l’imagine, venaient régulièrement s’inspirer de la vue pour leurs œuvres.

Il commence alors petit à petit à dessiner. Son père en est très fier et c’est assez rare pour cette époque. Les parents n’appréciaient pas forcément que leurs enfants souhaitent devenir artiste. Ce n’est pas forcément le métier qui rapportait le plus d’argent mais concernant William Turner, il pouvait vraiment compter sur le soutient de son père. Celui-ci allait même jusqu’à exposer les dessins et les aquarelles de son jeune fils sur son lieu de travail et même à les vendre. Il disait à tout le monde que son fils serait un grand artiste plus tard et vous savez quoi ? Il n’avez pas tort !

Pêcheurs en Mer, William Turner, 1796

Pêcheurs en Mer, William Turner, 1796

A l’âge de 14 ans seulement, William Turner rentre à la Royal Academy. Parcours donc assez classique pour un artiste. Cette académie propose deux expositions par an et le jeune artiste, vite remarqué par son talent, est invité à y participer. En plus de ses études, il prend aussi le temps de voyager un peu à travers le pays de Galles avec son père. Il en profite pour peaufiner sa technique et se rend compte de l’importance des croquis. Souvent, lorsqu’un paysage lui plaira, il en fera une ébauche ou une petite aquarelle qui ensuite, lui servira de base lorsqu’il sera de retour dans son atelier. Cela montre vraiment son côté méthodique.

C’est en 1796 qu’on entend vraiment parler de lui et cela grâce à sa toute première huile sur toile intitulée Pêcheurs en Mer. Cette oeuvre est vraiment saluée par les critiques. Turner est acclamé et reconnu comme étant officiellement un peintre de la marine.

Le Naufrage, William Turner, 1805

Le Naufrage, William Turner, 1805

En effet, William Turner est particulièrement connu comme étant LE peintre des paysages marins. La nature l’a toujours inspirée et particulièrement ces paysages insaisissables. A cette époque, le sujet du paysage anglais est vraiment très à la mode. Turner lui, ramène quelque chose de nouveau, de plus moderne de part déjà sa technique. Très souvent, il mélangeait huile et aquarelle. Il a aussi parcouru l’Europe, notamment la France, la Belgique, l’Autriche et bien sûr l’Italie. Il y étudiera les œuvres des grands maîtres et fera énormément de croquis afin de garder des souvenirs. Lorsqu’il reviendra dans son atelier à Londres, il réutilisera ces croquis en les mêlant à son imagination afin de créer ces fameux paysages marins.

Levé de soleil avec monstres marins, William Turner, 1845

Levé de soleil avec monstres marins, William Turner, 1845

Le travail de la lumière fait partie intégrante de son travail. Celle-ci traverse littéralement les couleurs. Le but de l’artiste est de retranscrire des ambiances. Considéré comme le précurseur de l’impressionnisme, il en oublie pourtant très souvent les formes au point de se rapprocher grandement de l’abstraction et du symbolisme. Le travail de l’aquarelle l’aura beaucoup inspiré en ce qui concerne ses dégradés de couleurs.

La cinquième plaie d'Egypte, William Turner, 1800

La cinquième plaie d’Egypte, William Turner, 1800

A cette époque en Angleterre, il y avait une espère de petit courant esthétique auquel on pourrait aussi rattacher William Turner. Ce courant appelé « Sublime » était en fait une valeur esthétique que les artistes tentaient de représenter. Ce « sublime » était quelque chose de si grand et de si puissant que l’homme était incapable de le contrôler. Evidemment, on faisait grandement référence à la nature. Cette notion attirait beaucoup de fascination et je pense que dans les œuvres de Turner, on retrouve beaucoup de cela. Ses paysages sont tellement magistraux, l’artiste tente clairement de nous dépeindre la puissance de la nature et la faiblesse de l’homme face à elle.

Tempête de Neige en Mer, William Turner, 1942

Tempête de Neige en Mer, William Turner, 1842

Turner est réputé pour ces ciels changeants et instables. Son cadrage est aussi très intéressant car c’est comme si la scène représentée se passait devant nous. L’artiste nous dépeint peut-être ses propres visions, celles qu’il voyait lorsqu’il était petit sur la Tamise ou bien lors de ses différents voyages. Ses paysages parfois violents sont aussi intéressants à analyser j’imagine. Le courant romantique mettant l’accent sur les sentiments, j’imagine que les peintures de l’artiste font aussi échos à sa solitude et peut-être aussi à sa détresse émotionnelle ou encore à celle de sa mère. Ces tempêtes et naufrages peuvent faire référence à la violence des sentiments, à une instabilité, à la solitude. Il est aussi possible que lui-même se sentait infiniment petit et très seul dans cette immensité du monde qui l’entourait.

Le dernier voyage du Téméraire, William Turner, 1839

Le dernier voyage du Téméraire, William Turner, 1839

On sait que comme sa mère, il était lui même sujet à de nombreuses dépressions. Il n’avait pas non plus beaucoup d’amis, était très solitaire et taciturne… Toute sa vie en revanche, il sera resté très proche de son père. Celui-ci deviendra même son assistant et ils vivront même ensemble. Il aura été un soutient sans faille. Et c’est aussi peut-être ce que représente cette lumière parfois perçante, transperçante, dans ses œuvres… Une sorte de lueur d’espoir, quelque chose auquel se rattacher.

Que pensez-vous de William Turner et de son travail ? Cet artiste sera comparé et aura inspiré un bon nombre de personnes dont Friedrich et Monet. Le cinéma aussi s’en inspirera car pour la petite anecdote, le pirate joué par Orlando Bloom dans Pirates des Caraïbes héritera du doux nom de William Turner… Un gentil petit clin d’œil à l’artiste ! 😉

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, à liker l’article et à vous abonner pour ne pas rater mes prochains articles !


Rejoignez-moi sur Instagram et Facebook et Youtube ❤

3 commentaires sur « William Turner, le peintre de la lumière »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s